Traverser les marchés baissiers avec des conseils professionnels

de lecture

Article

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 23 juin 2022

Si vous êtes comme la plupart des investisseurs, les émotions ont tendance à s’insinuer dans vos décisions de placement.

Lorsque les marchés sont dynamiques et vos placements s’apprécient, vous pouvez être enclins à devenir trop confiants et moins prudents et à investir dans des titres qui s’annoncent sûrs sans évaluer minutieusement les risques potentiels qu’ils présentent. En revanche, lorsque les marchés baissent et vos placements commencent à perdre de la valeur, votre réaction initiale pourrait être de céder à la panique et de les vendre avant de subir des pertes encore plus grandes.

Il est bien humain d’être émotif à l’égard des placements, mais se laisser emporter par les émotions est un moyen probable de s’écarter de ses objectifs financiers à long terme. C’est pourquoi l’influence stabilisatrice et les conseils avisés d’un conseiller en placements ont leur utilité.

Votre boussole dans les moments difficiles

Les conseillers en placements sont formés pour aborder les marchés rationnellement et avec une vision à long terme. Ils comprennent que les marchés sont volatils, montant et descendant en réaction aux facteurs macroéconomiques, à la géopolitique et, oui!, aux émotions des autres investisseurs.

Disons que nous sommes dans un marché baissier, caractérisé par une baisse prolongée pendant laquelle les cours des placements diminuent de 20 % ou plus par rapport aux sommets récents enregistrés sur les marchés. Auriez-vous la confiance et la détermination de vous en tenir à votre plan financier et à votre stratégie de placement à long terme? La plupart des gens ne les auraient pas.

Or, les conseillers en placements ne sont pas comme la plupart des gens. Un aspect important de leur rôle consiste à vous aider à investir méthodiquement, sans vous laisser émouvoir, pour que vous restiez concentrés sur vos objectifs à long terme. Ils savent que les marchés baissiers ne durent pas indéfiniment. En fait, l’histoire montre que les marchés baissiers sont en général beaucoup plus courts et moins prononcés que les marchés haussiers (caractérisés par une hausse générale des cours d’au moins 20 % par rapport aux creux récemment enregistrés). Il se trouve que la plupart des gens éprouvent une déception plus grande lorsqu’ils perdent de l’argent que le bonheur qu’ils ressentent lorsque leurs placements fructifient.

Des stratégies pour braver la tempête

Un conseiller en placements peut vous aider à garder le cap et à continuer d’investir pendant les épisodes de turbulence à court terme des marchés. Les marchés baissiers peuvent même être propices à l’acquisition de titres, car ils créent habituellement des occasions d’investir dans des sociétés intéressantes dont les titres se négocient à des cours sous-évalués. Une stratégie préconisant d’acheter lorsque les cours sont bas peut mener à des gains substantiels une fois que les marchés se redressent.

Si vous hésitez à investir d’un coup une forte somme lorsque les marchés sont défavorables, vous pouvez envisager le recours à une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes, qui consiste à placer un montant fixe à intervalles réguliers. Par exemple, vous pouvez décider de placer 250 $ par mois dans un fonds commun de placements donné. De cette façon, si la valeur unitaire de ce fonds diminue, vos 250 $ vous permettront d’acheter un plus grand nombre de parts. Quand les valeurs augmenteront, vous achèterez un nombre moindre de parts à un cours plus élevé. Un plan de cotisations préautorisées, ou PAC, complète bien une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes parce qu’il offre la commodité d’investir automatiquement, sans se laisser dominer par les émotions.

Un conseiller en placement peut vous aider non seulement à conserver vos placements et même à tirer parti des marchés survendus, mais aussi à réviser périodiquement votre portefeuille de placements. Il veillera à ce que votre portefeuille reste fiscalement avantageux et bien diversifié, en sélectionnant des placements adaptés à votre situation individuelle, à votre tolérance au risque, à votre horizon de placement et à vos objectifs financiers. Au besoin, il apportera des modifications à votre portefeuille.

S’il est dangereux de céder à l’appât du gain lorsque les marchés se comportent bien, il est tout aussi risqué de laisser la peur obscurcir son jugement quand les marchés se replient. Faute d’obtenir des conseils adéquats, vous pourriez vous écarter de la trajectoire qui vous permettra d’atteindre vos objectifs et de bâtir l’avenir financier auquel vous aspirez. Un conseiller en placements de confiance vous offrira les conseils et l’orientation dont vous avez besoin, en particulier dans les périodes baissières parce que vous êtes probablement plus enclins dans ces conditions à céder à vos émotions à l’égard de vos placements.

Nous pouvons vous aider à établir une stratégie de placement personnalisée – et à y adhérer – dans le cadre de votre planification financière globale. Communiquez avec nous dès aujourd’hui.

Cet article vise à fournir des renseignements strictement généraux sur certains sujets et ne doit pas être considéré comme un avis fiscal ou juridique. Veuillez obtenir un avis professionnel indépendant pour évaluer votre situation particulière. iA Gestion privée de patrimoine inc. est membre du Fonds canadien de protection des épargnants et de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. iA Gestion privée de patrimoine est une marque de commerce et un autre nom sous lequel iA Gestion privée de patrimoine inc. exerce ses activités.

Actualités connexes

Nouveau compte fiscalement avantageux pour les acheteurs d’une première maison

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 15 mars 2023 Tout le monde sait que le marché de l’habitation au Canada est surchauffé depuis des années. Avec les prix de l'immobilier restant obstinément élevés, de nombreux acheteurs potentiels d’une première maison se sentent exclus du marché. Bien qu’il n’y ait pas de solutions miracles aux défis créés par l’insuffisance de logements abordables, le gouvernement du Canada a présenté dans son budget fédéral de 2022 une mesure qui vise à aider les premiers acheteurs à économiser de l’argent pour acheter une maison. Le gouvernement travaille avec les institutions financières pour mettre la dernière main aux détails du compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété (CELIAPP), en vue de son déploiement en avril 2023. Qu’est-ce que le CELIAPP? Le CELIAPP est un compte enregistré pour les Canadiens de 18 ans et plus qui n’ont jamais possédé de maison ou qui n’en ont pas possédé au cours des quatre dernières années civiles. Bien que le nom du compte soit un peu fautif puisque, techniquement, il n’est pas nécessaire d’être un acheteur d’une première maison pour en ouvrir un, le CELIAPP permet néanmoins aux Canadiens admissibles de cotiser jusqu’à concurrence d’un plafond à vie de 40 000 $. Le plafond de cotisation annuel est de 8 000 $ et les droits inutilisés ne peuvent pas être reportés à une année ultérieure. Par exemple, si vous cotisez 3 000 $ en 2023, votre plafond pour 2024 sera 13 000 $ au lieu de 8 000 $. Le CELIAPP procure deux avantages fiscaux notables : Les cotisations sont déductibles d’impôt, de sorte que le montant versé dans votre CELIAPP sera retranché de votre revenu imposable pour l’année au cours de laquelle vous avez cotisé. Tous les retraits (y compris les gains liés aux placements) du CELIAPP sont libres d’impôt, à condition que vous retiriez l’argent pour vous aider à acheter une maison. Comme pour la plupart des autres comptes enregistrés, vous pouvez détenir un vaste éventail de placements dans votre CELIAPP, que ce soit des actions, des obligations, des fonds communs de placement, des FNB ou plus encore. Toutefois, n’oubliez pas que votre CELIAPP ne peut rester ouvert que pendant 15 ans. Si vous investissez dans des titres risqués sujets à de spectaculaires fluctuations de prix, vous ne disposerez peut-être pas de suffisamment de temps pour vous remettre des pertes importantes, surtout si les titres baissent fortement à l’approche de la limite de 15 ans. La meilleure chose à faire est de consulter votre conseiller en placements pour obtenir des conseils sur les placements qui conviennent le mieux à votre horizon de placement et à votre capacité à assumer le risque. Si vous n’utilisez pas votre CELIAPP pour acheter une maison dans une période de 15 ans, vous devez fermer le compte. Vous pouvez transférer les actifs dans un REER ou un FERR en franchise d’impôt ou simplement retirer les fonds, mais dans ce dernier cas, le montant sera entièrement imposable à titre de revenu. CELIAPP, RAP ou les deux? Le CELIAPP n’est pas la seule option que le gouvernement offre aux acheteurs d’une première maison. Le Régime d’accession à la propriété (RAP) vous permet de retirer jusqu’à 35 000 $ de votre REER en franchise d’impôt pour acheter votre première maison. Vous disposez de 15 ans pour rembourser ce montant dans votre REER, selon un calendrier prescrit qui comprend un remboursement minimal annuel (vous pouvez rembourser un montant plus élevé au cours d’une année donnée, ou rembourser le montant intégral en tout temps avant la fin de la période de 15 ans). Si vous ne remboursez pas le montant intégral dans la période de 15 ans, le solde impayé est considéré comme un revenu imposable. Que vous choisissiez le CELIAPP, le RAP ou les deux dépend de votre situation personnelle. Beaucoup de gens commencent à cotiser à un REER avant d’être prêts à acheter une maison, alors le RAP vous permet de puiser dans l’argent que vous avez déjà épargné. Il n’est pas possible d’ouvrir un CELIAPP si vous n’avez pas beaucoup d’argent à votre disposition; mais si vous êtes en mesure de cotiser un montant important, le CELIAPP pourrait mieux vous convenir que le RAP, puisque vous n’êtes pas tenu de rembourser les retraits. Le CELIAPP est également utile si vous avez déjà atteint le plafond annuel de cotisation pour d’autres comptes enregistrés et si vous souhaitez épargner d’une autre façon fiscalement avantageuse pour acheter une maison. Veuillez communiquez avec l’un de nos conseillers en placements dès aujourd’hui pour obtenir des conseils personnalisés qui peuvent vous aider à réaliser votre rêve d’acheter une maison.
Tirer le maximum d’un CELI

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 23 janvier 2023 Pouvez-vous nommer un élément positif dans la conjoncture inflationniste actuelle? À la lumière de l’augmentation des prix de plusieurs biens et services, le gouvernement du Canada a relevé de 500 $, à        6 500 $, le plafond de cotisation au compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Voilà une bonne nouvelle pour les individus qui peuvent verser le montant maximal cette année et même ceux qui pourraient le faire plus tard. Fonctionnement du CELI En 2009, le gouvernement du Canada a créé cette nouvelle solution libre d’impôt, en complément aux programmes déjà bien établis, tels que le régime enregistré d’épargne-retraite (REER), afin de permettre aux Canadiennes et aux Canadiens d’épargner davantage pour leur avenir. Ces deux produits d’épargne possèdent toutefois des caractéristiques différentes. Les cotisations aux REER sont effectuées « avant impôt », puisque vous déduisez le montant cotisé de votre revenu imposable. La plus-value des placements de votre REER n’est pas imposable tant que vous ne retirez pas des sommes du compte. Les cotisations à un CELI, par contre, sont versées « après impôt » et ne sont pas déduites sur votre déclaration de revenus. La plus-value des placements et les retraits d’un CELI ne sont pas assujettis à l’impôt. Voici une autre caractéristique-clé des CELI : puisque le revenu gagné est exonéré d’impôt, ce compte n’aura aucune incidence sur l’admissibilité aux programmes fondés sur l’étude du revenu, tels que la Sécurité de la vieillesse, l’assurance-emploi, l’Allocation canadienne pour enfants et les crédits pour TVH ou TPS. Si vous êtes citoyen canadien âgé d’au moins 18 ans et titulaire d’un numéro d’assurance sociale valide, vous pouvez ouvrir un CELI auprès d’une institution financière admissible et commencer à y cotiser. Le gouvernement fédéral détermine le plafond de cotisation annuel en fonction de plusieurs facteurs, dont le taux d’inflation. Si vous ne versez pas la cotisation maximale une année donnée, vous pouvez la reporter aux années suivantes. Voici pourquoi vous pouvez en tirer parti même si vous n’effectuez pas la cotisation maximale en 2023. À l’heure actuelle, le plafond de cotisation est de 88 000 $, ce qui correspond au montant maximal si aucune cotisation n’a été versée depuis 2009. Prenons un exemple. Vous avez versé 63 000 $ dans un CELI au fil des ans. Vous pouvez donc cotiser 25 000 $ (88 000 $ - 63 000 $) et atteindre le plafond ou verser graduellement de plus petits montants au cours des prochaines années. Veillez toutefois à ne pas dépasser le plafond de cotisation annuel, puisque les cotisations excédentaires sont assujetties à une pénalité mensuelle de 1 %. Dans le cas d’une cotisation de 8 500 $ en 2023, soit         2 000 $ de plus que le plafond établi, vous recevrez une pénalité mensuelle de 20 $ pour chaque mois où cette cotisation excédentaire demeure dans le compte. Cette pénalité annule l’avantage-clé d’un compte libre d’impôt. Soyez donc conscient des cotisations que vous versez chaque année. Il faut aussi souligner que vous pouvez retirer des sommes de votre CELI sans incidence fiscale. Vous pourrez ensuite remettre les montants retirés de votre CELI afin de préserver le total que vous pouvez cotiser. En revanche, un montant retiré ne peut être remis dans votre CELI dans la même année civile. Quel est l’objectif d’un CELI? Dans un monde idéal, l’objectif est de permettre à vos cotisations de gagner de la valeur au fil du temps, et ensuite puiser dans le montant épargné pour financer votre train de vie à la retraite. Un CELI peut toutefois être utilisé à d’autres fins sur le court terme. Vous pouvez ainsi financer un voyage, une auto, une mise de fonds destinée à l’achat d’une maison ou tout autre objectif financier. Lorsque vous avez besoin de ces sommes, vous pouvez les retirer sans incidence fiscale et garder la possibilité de remettre les montants retirés plus tard. Quel montant devrais-je investir dans mon CELI? Tout cela dépend de votre situation, votre horizon de placement, votre tolérance au risque et vos objectifs financiers. Comme c’est le cas pour un REER, différents placements sont admissibles dans un CELI, tels que des actions, des obligations, des fonds communs de placement, des FNB et autres. Communiquez avec un conseiller en placement afin d’établir un CELI qui pourra répondre à vos besoins à court et à long terme. Avec tous les avantages décrits ci-dessus, un CELI représente un excellent moyen d’investir sans vous soucier des incidences fiscales. N’hésitez donc pas à en tirer le maximum au sein de votre portefeuille. Nous pouvons vous aider à développer une stratégie judicieuse qui intègre un CELI dans votre plan de gestion patrimoniale. Contactez-nous dès aujourd’hui.
Les REER : une utilité qui va au-delà de la retraite

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 20 janvier 2023 Lorsque vous pensez épargner en vue de la retraite, la solution fiscalement avantageuse qu’est le compte enregistré d’épargne-retraite (REER) devrait presque immédiatement venir à votre esprit, et ce à juste titre. Les cotisations aux REER offrent un allègement fiscal immédiat, puisque vous pouvez déduire le montant cotisé de votre revenu imposable. Grâce au REER de conjoint, les couples qui présentent un écart considérable de revenus peuvent le fractionner et ainsi réduire leur note fiscale globale. La plus-value d’un REER, qui découle notamment de dividendes, d’intérêt et de gains en capital, demeurera à l’abri de l’impôt tant qu’aucun retrait n’est effectué. Plusieurs personnes commencent à effectuer des retraits lorsque leur REER est converti en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Puisque cette situation survient habituellement quand son revenu se situe dans une tranche d’imposition inférieure, l’incidence fiscale de ces retraits est moins élevée. Autres utilisations d’un REER Un REER représente la solution idéale pour maximiser l’épargne-retraite. En revanche, il peut s’avérer aussi judicieux dans d’autres cas, selon vos circonstances. Voici quatre autres utilisations possibles d’un REER. Financement d’une maison. Dans le cadre du Régime d’accession à la propriété (RAP), vous pouvez actuellement retirer une somme maximale de 35 000 $ de votre REER pour financer l’achat ou la construction d’une maison. Si vous souhaitez augmenter votre mise de fonds, notamment afin d’éviter que votre prêt hypothécaire soit considéré trop élevé par rapport à la valeur du bien immobilier, un retrait de votre REER est une excellente solution. D’ailleurs, une mise de fonds de moins de 20 % du prix d’achat correspond à un prêt élevé par rapport à la valeur du bien immobilier. Pour protéger l’emprunteur contre l’éventualité d’un défaut (car le risque est plus important), vous devrez souscrire une assurance hypothécaire, dont les primes sont ajoutées à vos paiements hypothécaires. Même si vous ne franchissez pas le seuil du prêt élevé, il vous est possible de réduire votre hypothèque et d’épargner des charges d’intérêt en augmentant votre mise de fonds. Les conjoints de droit et de fait peuvent chacun retirer jusqu’à concurrence de 35 000 $ de leur REER aux termes du RAP. Veillez à remplacer les sommes retirées de votre REER selon l’échéancier prévu (15 ans à l’heure actuelle) et éviter les conséquences fiscales négatives. Financer votre éducation. Le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) vous permet de retirer un maximum de 10 000 $ de votre REER par année civile afin de couvrir les dépenses liées à une formation à temps plein ou à tout autre programme offert par un établissement d’enseignement autorisé. Tant que vous respectez les critères du REEP, il vous est possible de retirer des sommes de votre REER pendant les années subséquentes jusqu’à la quatrième année civile après votre premier retrait, pour un total maximum admissible de 20 000 $. Le remboursement de ces sommes dans votre REER sera échelonné sur une période de dix ans, soit environ 10 % par année. Le calendrier de remboursement débute cinq ans après le premier retrait. De plus, chaque conjoint peut effectuer le retrait maximum autorisé du REEP, que ce soit à des fins personnelles ou pour financer l’éducation de son conjoint. Soutenir un enfant souffrant d’un handicap. Le Régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI) a été conçu pour soutenir l’avenir financier à long terme des personnes admissibles au crédit d’impôt pour personnes handicapées. L’une des meilleures solutions consiste à prévoir dans votre testament le transfert libre d’impôt des actifs d’un REER dans un REEI. En plus d’aider un enfant ou un petit-enfant souffrant d’un handicap qui était dépendant financièrement de vous au moment de votre décès, cette stratégie peut se traduire par des économies d’impôt successoral substantielles. Il faut souligner que le montant transféré à un REEI ne peut être supérieur à la limite cumulative de cotisation du bénéficiaire (200 000 $ à l’heure actuelle). Ce transfert diminuera, d’un montant équivalent, la limite de cotisation du bénéficiaire, mais il ne nuira pas aux prestations d’invalidité fondées sur le revenu auxquelles il est admissible. Protection contre ses créanciers. Comme la plupart des polices d’assurance, les actifs détenus dans un REER sont protégés contre les réclamations des créanciers dans l’éventualité d’une faillite (cela ne s’applique pas aux cotisations ou aux transferts effectués dans les douze mois précédents un dépôt de bilan). Dans plusieurs provinces canadiennes, votre REER est aussi à l’abri de vos créanciers même si vous ne déclarez pas faillite. De plus, les actifs d’un REER qui sont investis dans un produit admissible, tels qu’un CPG ou un dépôt à terme, sont couverts par la Société d’assurance-dépôts du Canada (SADC). La protection maximale de la SADC est actuellement de 100 000 $ par catégorie de dépôt et par institution membre. Nous pouvons vous aider à intégrer un REER dans votre plan de gestion patrimoniale. Contactez-nous dès aujourd’hui.
L’inflation aura-t-elle une incidence sur votre retraite?

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 4 janvier 2023 La planification de la retraite représente un défi dans des circonstances normales. Il peut s’écouler de nombreuses années avant que vous preniez votre retraite, alors il est difficile d’imaginer votre mode de vie futur, d’estimer vos dépenses et de prévoir votre niveau d’épargne et de revenu. En ce moment, l’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt compliquent la planification de la retraite. Pendant des décennies, l’inflation et les taux d’intérêt ont été faibles, ainsi le processus de planification était plus prévisible puisque les gens ne s’inquiétaient pas beaucoup d’une hausse vertigineuse du coût de la vie. De nos jours, il suffit de penser à l’essence et à la nourriture pour savoir que les prix ont grandement bondi. Les retraités vivent souvent avec un revenu fixe, de sorte que ça ne prend pas de nombreuses années d’inflation élevée pour éroder leur épargne plus rapidement que prévu. Par exemple, le flux de revenu des retraités ayant un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) provenant d’un employeur est lié au rendement de leurs placements. Si les marchés baissent, ce qui se produit habituellement en période d’inflation élevée, les investissements dans le régime de retraite à CD pourraient générer des rendements qui peinent à suivre le rythme de l’inflation. À l’inverse, les retraités participant à un régime à prestations déterminées (PD) pourraient être avantagés, parce que ces régimes garantissent un flux de revenu déterminé et sont indexés à l’inflation (partiellement ou entièrement). Ainsi, les régimes à PD aident les retraités à résister à une inflation plus élevée et à maintenir leur pouvoir d’achat. Il faut noter que les prestations du Régime de pensions du Canada et de la Sécurité de la vieillesse sont indexées à l’inflation, ce qui aide également les retraités à composer avec la hausse des coûts. Avantages des conseils financiers Lorsque vous planifiez votre retraite, il est utile de travailler avec un conseiller en placements. Ces personnes sont formées pour établir et mettre à jour des plans personnalisés de gestion du patrimoine suffisamment souples pour endurer les différentes conditions économiques et boursières. Les conseillers chevronnés peuvent également reconnaître l’évolution des contextes et apporter des ajustements financiers en conséquence. En ce qui concerne la planification de la retraite, envisagez les quatre stratégies suivantes pour vous aider à gérer les effets potentiellement nuisibles à la richesse de l’inflation élevée : Diversifiez votre portefeuille. Comme nous l’avons mentionné, de nombreux investissements perdent de la valeur lorsque l’inflation est élevée, puisque la hausse des coûts entraîne souvent une augmentation des dettes. Cela pourrait inciter les gens à réduire leurs dépenses, ce qui nuit à la croissance des entreprises. Cependant, tous les investissements ne suivent pas la même direction : l’inflation élevée profite en fait à certaines industries, comme les produits de base (le pétrole et l’or). Une exposition diversifiée répartie entre plusieurs industries, secteurs et régions géographiques peut aider à gérer la volatilité et le risque, car une partie (ou la totalité) de vos pertes seront contrées par des gains ailleurs. Soyez sélectif avec les titres à revenu fixe. À l’instar du point ci-dessus, la diversification de l’exposition aux titres à revenu fixe peut également aider lorsque l’inflation et les taux d’intérêt augmentent. En plus des obligations traditionnelles que détiennent de nombreux investisseurs, votre conseiller peut vous suggérer d’investir dans des titres tels que des obligations à taux variable ou à rendement réel (ou des fonds détenant de tels titres). À mesure que les taux du marché grimpent, ces obligations ont tendance à maintenir une meilleure valeur et à générer plus de revenus que les obligations traditionnelles. De plus, des placements dans des CPG peuvent vous permettre de conserver les taux plus élevés en vigueur aujourd’hui avant qu’ils diminuent; ainsi, vous pouvez mettre plus d’argent de côté pour la retraite. Utiliser des produits enregistrés. Les REER et les CELI sont des options éprouvées pour réaliser en toute efficacité des économies d’impôt en vue de la retraite. À tout moment, mais surtout lorsque l’inflation est élevée, il faut préserver le plus de richesse possible. Bien que votre conseiller vous aide à économiser de l’impôt en utilisant des instruments comme les REER et les CELI, il vous inculque également une approche disciplinée afin que vous puissiez épargner fréquemment, soit pour investir, soit pour verser de l’argent dans vos réserves pour la retraite. Soyez opportuniste. Étant donné que la retraite peut coûter cher, car les gens vivent plus longtemps, un objectif important de la planification consiste à créer de la richesse à long terme. À court terme, les marchés boursiers ont tendance à décliner lorsque l’inflation est élevée, mais ils évoluent toujours en fonction d’un cycle et finiront par rebondir. Donc, si la stratégie proposée correspond à votre horizon de placement et à votre tolérance au risque, votre conseiller pourrait vous recommander d’investir maintenant pour profiter de prix plus bas. À mesure que les marchés se redressent, vos placements achetés « à bas prix » pourraient prendre beaucoup de valeur et garnir votre coussin de retraite. Nous pouvons créer un plan de retraite qui vous convient, même en période d’inflation, alors communiquez avec nous dès aujourd’hui.
Qu’est-ce qu’une récession et comment peut-on la traverser?

de lecture

De iA Gestion privée de patrimoine, le 28 decembre 2022 On a beaucoup parlé dernièrement d’une récession économique. Techniquement, une récession est un déclin économique important et prolongé. Il est généralement défini comme deux trimestres consécutifs de croissance économique négative, mesurée par le produit intérieur brut d’un pays. Vous ressentirez probablement les effets d’une récession sur vos finances : il y aura moins d’emplois, les salaires seront moins élevés et un plus grand nombre d’entreprises seront susceptibles de faire faillite. Comment en sommes-nous arrivés à un point où une récession en 2023 est plus probable que la situation inverse? Dans le but de sauver l’économie des dommages causés par la pandémie, les banques centrales ont adopté des taux d’intérêt extrêmement bas et les gouvernements ont utilisé diverses mesures de relance budgétaire pour relancer la croissance. Bien que cette stratégie ait encouragé les dépenses, elle a aussi entraîné une hausse de l’inflation, le coût des biens et services ayant grimpé en flèche. En réaction, les banques centrales se sont efforcées de contenir l’inflation en relevant les taux d’intérêt de façon énergique, dans l’espoir de freiner la demande des consommateurs et des entreprises. Comme l’économie ralentit et que les niveaux d’endettement augmentent en raison de la hausse marquée des coûts d’emprunt, une récession pourrait s’ensuivre. Quelles sont les répercussions d’une récession? Beaucoup de gens craignent les récessions, compte tenu de la faiblesse et de l’instabilité économiques prévues. Si la croissance économique ralentit et que les dettes s’accumulent, les entreprises sont susceptibles d’interrompre leurs plans d’expansion et de mettre à pied une partie de leur main-d’œuvre. Le taux de chômage élevé entrave les dépenses de beaucoup de personnes et de familles, qui se mettent à gérer leurs finances avec plus de prudence. Au début d’une récession, les prix des biens et des services augmentent à mesure que les pressions inflationnistes augmentent, ce qui entraîne une hausse des taux d’intérêt et une diminution du pouvoir d’achat. En essayant de faire durer leur argent et de maintenir leur qualité de vie sans accumuler trop de dettes, les gens renoncent souvent à des dépenses discrétionnaires comme les voyages et les repas au restaurant, ce qui ralentit l’économie en général et a des répercussions négatives sur les entreprises de ces secteurs. Bien que l’économie prenne habituellement de l’expansion au fil du temps, les récessions font partie du cycle économique normal. Selon le National Bureau of Economic Research des États-Unis, une récession moyenne, depuis la Seconde Guerre mondiale, ne dure qu’environ 10 mois, mais elle peut poser des défis pour les consommateurs et les investisseurs. Comment s’en sortir en période de récession? Il est important de surveiller les dettes en période de récession. Si les taux d’intérêt sont élevés (et à la hausse), vous pourriez faire face à des paiements plus importants sur vos cartes de crédit, vos prêts hypothécaires, vos prêts et vos autres dettes. Essayez de réduire le montant que vous devez et surveillez vos dépenses pour éviter d’avoir à payer des intérêts excessifs. Cuisiner à la maison, marcher ou prendre les transports en commun au lieu de conduire, et réduire les frais de divertissement coûteux sont des façons de réduire le montant de vos factures. En plus de rembourser votre dette, ne négligez pas votre fonds d’épargne d’urgence. On ne sait jamais quand une dépense importante et imprévue peut survenir, comme des réparations à la maison ou au véhicule. De plus, vous voulez vous constituer un coussin au cas où vous perdriez votre emploi ou travailleriez moins d’heures. En général, c’est une bonne idée de mettre de côté trois à six mois de frais de subsistance, mais tout ce que vous pouvez économiser aidera. Investir en période de récession Comme l’économie ralentit en période de récession, les marchés boursiers reculent souvent pour refléter la diminution des perspectives de croissance des entreprises. Il est tentant de vendre en période d’important ralentissement du marché, mais ce n’est habituellement pas une bonne stratégie. Votre conseiller en placements a travaillé avec vous pour élaborer un plan à long terme personnalisé afin d’atteindre vos objectifs financiers. Réagir brusquement aux baisses du marché à court terme peut vous empêcher d’atteindre vos objectifs en cristallisant vos pertes et en érodant votre patrimoine. N’oubliez pas que les récessions vont et viennent et que la tendance à long terme du marché est à la hausse. Avec l’aide de votre conseiller, vous pouvez rester concentré sur vos objectifs financiers et ignorer les défis à court terme du marché. Selon votre situation, votre tolérance au risque et votre horizon de placement, votre conseiller pourrait même recommander d’investir davantage en période de ralentissement du marché, lorsque les prix sont plus bas, afin que vous soyez mieux placé pour en profiter lorsque l’économie rebondira. Il est également généralement sage de détenir un portefeuille bien diversifié dans l’ensemble des catégories d’actif, des secteurs et des régions, ce qui peut aider à réduire le risque du portefeuille tout en améliorant les rendements à long terme. Un conseiller en placements compétent peut vous guider tout au long du cycle économique, y compris lors des périodes de récession. Pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons vous aider à rester sur la bonne voie pour atteindre vos objectifs financiers, communiquez avec nous dès aujourd’hui.