5 astuces pour gérer vos dépenses

de lecture

Article

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 1er novembre 2021

Vous souhaitez juguler vos dépenses afin d’améliorer votre situation financière? Il s’agit d’une étape importante vers l’atteinte de vos objectifs puisque réduire vos dettes et accroître votre épargne vous aidera à créer de la richesse pour l’avenir. Aujourd’hui, gérer ses finances est plus complexe que jamais, et bien des gens peinent à s’atteler à la tâche. Voici donc cinq conseils pour vous aider à faire le premier pas.

  1. Élaborez un plan de gestion de patrimoine. Vous visez certains objectifs et un plan bien pensé peut vous aider à les atteindre. Un plan de gestion de patrimoine élaboré par des professionnels tiendra compte de votre situation, de vos objectifs, de votre horizon de placement et de votre tolérance au risque. Cet outil peut vous aider à épargner et à investir judicieusement, à gérer vos dettes et à tirer parti d’instruments fiscaux efficaces de façon à conserver plus d’argent dans vos poches. De plus, votre plan peut s’adapter au contexte changeant et demeurer pertinent à chacune des étapes de votre vie. Un plan de gestion de patrimoine vous aide à garder le cap sur vos objectifs, ce qui vous permet de gagner en confiance et vous assure une tranquillité d’esprit. Toutefois, comme la création d’un tel plan exige une formation approfondie et de solides compétences, il est préférable de demander l’aide d’un conseiller qualifié.
  2. Respectez un budget. L’établissement d’un budget est une étape clé de la planification du patrimoine. Essentiellement, un budget vous permet de suivre vos revenus et vos dépenses sur une période donnée (habituellement sur un mois). Une fois que vous savez combien d’argent entre et sort de vos poches, vous pouvez évaluer votre santé financière et apporter les ajustements nécessaires. Par exemple, si vos dépenses sont plus élevées que prévu, examinez-les, puis déterminez lesquelles sont essentielles (p. ex., la nourriture, le loyer ou les paiements hypothécaires) et lesquelles sont « superflues » (p. ex., les repas au restaurant ou la nouvelle console de jeux vidéo). En respectant un budget régulier, vous aurez un aperçu en temps réel de la gestion de votre argent et des améliorations possibles.
  3. Consolidez vos dettes. Prêts hypothécaires, soldes de cartes de crédit; pour bien des gens, les dettes sont souvent inévitables. Un conseiller peut examiner vos différentes obligations en travaillant avec vous et vos institutions financières pour voir s’il est avantageux de regrouper vos dettes en un seul prêt ou une seule marge de crédit à taux relativement plus faible. Cet exercice pourrait vous aider à rembourser vos dettes à taux d’intérêt élevés qui nuisent inutilement à vos finances. Consolider vos dettes peut simplifier la gestion de vos finances, car vous n’aurez plus qu’à vous soucier d’un seul paiement mensuel. Vous pourriez aussi négocier un taux d’intérêt plus bas auprès de votre institution financière – n’hésitez pas à cogner à la porte d’autres institutions pour dénicher un taux plus avantageux.
  4. Engagez-vous à bâtir votre épargne. S’il est important de réduire vos dettes, vous devez également songer à accroître votre épargne. Une astuce courante est de « se payer en premier » en déposant automatiquement une certaine partie de son revenu mensuel (p. ex., 10 %) dans un compte portant intérêt ou un régime de placement. Il est tentant de dépenser l’argent facilement disponible, c’est pourquoi consacrer une partie de votre revenu à une routine régulière d’épargne ou de placement vous aidera à rester sur le droit chemin. Et puis, il y a fort à parier que cet argent ne vous manquera même pas. Un autre aspect essentiel de la gestion de l’épargne consiste à mettre de l’argent de côté en cas d’urgences (p. ex., perte d’emploi, réparations ou rénovations majeures, maladie grave, etc.). La vie est remplie d’imprévus qui peuvent nécessiter un accès immédiat à de l’argent comptant, de sorte que la création d’un fonds d’urgence devient essentielle. Selon la règle empirique, prévoyez l’équivalent d’au moins trois mois de dépenses du ménage.
  5. Exploitez la technologie. Les progrès technologiques peuvent grandement améliorer vos finances. Vous n’avez qu’à effectuer une recherche en ligne pour comparer des institutions et des produits et déterminer lesquels offrent les taux ou les prix les plus avantageux ou les caractéristiques dont vous avez besoin. Il existe aussi des applications financières qui peuvent notamment améliorer votre expérience bancaire et vous aider à épargner ou à investir, à trouver une police d’assurance hypothécaire ou d’assurance appropriée, à protéger vos finances contre la cybercriminalité ou à créer un budget pour suivre vos revenus et vos dépenses. Trouvez en ligne des applications financières qui vous intéressent, lisez les avis qui s’y rattachent, puis effectuez d’autres recherches pour déterminer les applications qui vous conviennent le mieux. Votre conseiller pourrait aussi connaître des technologies financières utiles dans votre situation.

Un conseiller en placement de iA Gestion privée de patrimoine peut vous aider à atteindre vos objectifs de gestion de patrimoine et à rester sur la bonne voie. Parlez à un conseiller dès aujourd’hui.

Cet article a pour but de fournir des renseignements strictement généraux sur certains sujets et ne doit pas être considéré comme un avis fiscal ou juridique. Veuillez obtenir un avis professionnel indépendant pour évaluer votre situation particulière. iA Gestion privée de patrimoine inc. est membre du Fonds canadien de protection des épargnants et de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. iA Gestion privée de patrimoine est une marque de commerce et un autre nom sous lequel iA Gestion privée de patrimoine inc. exerce ses activités.

Actualités connexes

Traverser les marchés baissiers avec des conseils professionnels

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 23 juin 2022

Si vous êtes comme la plupart des investisseurs, les émotions ont tendance à s’insinuer dans vos décisions de placement.

Lorsque les marchés sont dynamiques et vos placements s’apprécient, vous pouvez être enclins à devenir trop confiants et moins prudents et à investir dans des titres qui s’annoncent sûrs sans évaluer minutieusement les risques potentiels qu’ils présentent. En revanche, lorsque les marchés baissent et vos placements commencent à perdre de la valeur, votre réaction initiale pourrait être de céder à la panique et de les vendre avant de subir des pertes encore plus grandes.

Il est bien humain d’être émotif à l’égard des placements, mais se laisser emporter par les émotions est un moyen probable de s’écarter de ses objectifs financiers à long terme. C’est pourquoi l’influence stabilisatrice et les conseils avisés d’un conseiller en placements ont leur utilité.

Votre boussole dans les moments difficiles

Les conseillers en placements sont formés pour aborder les marchés rationnellement et avec une vision à long terme. Ils comprennent que les marchés sont volatils, montant et descendant en réaction aux facteurs macroéconomiques, à la géopolitique et, oui!, aux émotions des autres investisseurs.

Disons que nous sommes dans un marché baissier, caractérisé par une baisse prolongée pendant laquelle les cours des placements diminuent de 20 % ou plus par rapport aux sommets récents enregistrés sur les marchés. Auriez-vous la confiance et la détermination de vous en tenir à votre plan financier et à votre stratégie de placement à long terme? La plupart des gens ne les auraient pas.

Or, les conseillers en placements ne sont pas comme la plupart des gens. Un aspect important de leur rôle consiste à vous aider à investir méthodiquement, sans vous laisser émouvoir, pour que vous restiez concentrés sur vos objectifs à long terme. Ils savent que les marchés baissiers ne durent pas indéfiniment. En fait, l’histoire montre que les marchés baissiers sont en général beaucoup plus courts et moins prononcés que les marchés haussiers (caractérisés par une hausse générale des cours d’au moins 20 % par rapport aux creux récemment enregistrés). Il se trouve que la plupart des gens éprouvent une déception plus grande lorsqu’ils perdent de l’argent que le bonheur qu’ils ressentent lorsque leurs placements fructifient.

Des stratégies pour braver la tempête

Un conseiller en placements peut vous aider à garder le cap et à continuer d’investir pendant les épisodes de turbulence à court terme des marchés. Les marchés baissiers peuvent même être propices à l’acquisition de titres, car ils créent habituellement des occasions d’investir dans des sociétés intéressantes dont les titres se négocient à des cours sous-évalués. Une stratégie préconisant d’acheter lorsque les cours sont bas peut mener à des gains substantiels une fois que les marchés se redressent.

Si vous hésitez à investir d’un coup une forte somme lorsque les marchés sont défavorables, vous pouvez envisager le recours à une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes, qui consiste à placer un montant fixe à intervalles réguliers. Par exemple, vous pouvez décider de placer 250 $ par mois dans un fonds commun de placements donné. De cette façon, si la valeur unitaire de ce fonds diminue, vos 250 $ vous permettront d’acheter un plus grand nombre de parts. Quand les valeurs augmenteront, vous achèterez un nombre moindre de parts à un cours plus élevé. Un plan de cotisations préautorisées, ou PAC, complète bien une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes parce qu’il offre la commodité d’investir automatiquement, sans se laisser dominer par les émotions.

Un conseiller en placement peut vous aider non seulement à conserver vos placements et même à tirer parti des marchés survendus, mais aussi à réviser périodiquement votre portefeuille de placements. Il veillera à ce que votre portefeuille reste fiscalement avantageux et bien diversifié, en sélectionnant des placements adaptés à votre situation individuelle, à votre tolérance au risque, à votre horizon de placement et à vos objectifs financiers. Au besoin, il apportera des modifications à votre portefeuille.

S’il est dangereux de céder à l’appât du gain lorsque les marchés se comportent bien, il est tout aussi risqué de laisser la peur obscurcir son jugement quand les marchés se replient. Faute d’obtenir des conseils adéquats, vous pourriez vous écarter de la trajectoire qui vous permettra d’atteindre vos objectifs et de bâtir l’avenir financier auquel vous aspirez. Un conseiller en placements de confiance vous offrira les conseils et l’orientation dont vous avez besoin, en particulier dans les périodes baissières parce que vous êtes probablement plus enclins dans ces conditions à céder à vos émotions à l’égard de vos placements.

Nous pouvons vous aider à établir une stratégie de placement personnalisée – et à y adhérer – dans le cadre de votre planification financière globale. Communiquez avec nous dès aujourd’hui.

Débloquez la valeur nette de votre maison

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 13 juin 2022

Si vous êtes propriétaire d’une maison et que vous détenez un prêt hypothécaire, vous avez probablement entendu parler de la marge de crédit hypothécaire (MCH). Si vous envisagez d’être propriétaire d’une maison dans un proche avenir, vous devez en savoir plus sur cette façon pratique d’emprunter de l’argent.

Qu’est-ce qu’une MCH?

Techniquement, une MCH est un deuxième prêt hypothécaire, mais à bien des égards, il s’agit plutôt d’une marge de crédit renouvelable ou d’une carte de crédit. C’est que, même si votre banque ou votre société de prêt hypothécaire peut approuver votre demande de MCH, vous ne recevez pas de facture tant que vous ne retirez pas de fonds. Toutefois, contrairement à une carte de crédit ou même à une marge de crédit traditionnelle, le taux d’intérêt sur l’argent que vous retirez d’une MCH est assez faible parce qu’il est garanti par votre maison.

Comment fonctionne-t-elle?

Il existe deux types distincts de MCH : la marge de crédit hypothécaire combinée à une hypothèque et la marge de crédit hypothécaire indépendante. Le montant auquel vous avez droit peut varier, mais en règle générale, la limite correspond à un maximum de 65 % du prix d’achat ou de la valeur marchande de votre maison.

Quels en sont les avantages et les inconvénients?

Une MCH constitue un moyen pratique de puiser dans la valeur nette de votre maison pour effectuer des rénovations ou de servir comme source de fonds d’urgence. Elle peut représenter une façon ingénieuse de consolider vos autres dettes, en particulier les dettes sur les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé.

Un peu de bon sens vous aidera grandement à décider si une MCH vous convient. Par exemple, il n’est pas prudent de souscrire une MCH pour financer des dépenses importantes comme une voiture de luxe ou des vacances somptueuses. De même, utiliser une MCH pour faire des rénovations domiciliaires non essentielles en période de récession, lorsque la sécurité d’emploi peut être fragile, est également un mauvais choix. Tant que votre revenu est suffisant et stable et que la raison pour laquelle vous utilisez une MCH est logique, le risque que vous tombiez dans le piège de l’endettement est généralement faible.

Même si le taux d’intérêt d’une MCH est relativement faible, il peut augmenter si la Banque du Canada augmente les taux, comme elle le fait actuellement. De plus, pareillement à un prêt hypothécaire, votre prêteur s’attend à ce que vous versiez un paiement minimum chaque mois sur les intérêts et le capital que vous devez. Donc, lorsque vous faites des calculs et que vous déterminez si une MCH vous convient, assurez-vous de ne pas épuiser vos finances, car des hausses rapides des taux d’intérêt pourraient faire en sorte que vos paiements mensuels soient beaucoup plus élevés qu’au début du prêt.

Sachez également que quand vous souscrivez une MCH, il existe d’autres coûts qui y sont associés, comme les frais d’évaluation de maison, les frais juridiques et les frais de recherche de titre, entre autres.

Enfin, avant d’apposer votre signature au bas de la page, assurez-vous de lire attentivement les modalités de la MCH, car elle peut comprendre des dispositions qui ne vous conviendront pas. Par exemple, dans certaines circonstances, le prêteur peut exiger que vous payiez la somme totale due. De plus, si vous omettez d’effectuer des paiements, votre cote de crédit peut en souffrir et le prêteur peut prendre possession de votre maison.

De nouvelles MCH ont été créées à un rythme accéléré au cours des dernières années, et de nombreux experts craignent que les Canadiens comptent trop sur elles. De nombreux propriétaires peuvent avoir de la difficulté à composer avec les hausses rapides de taux d’intérêt. Il est donc important de comprendre les risques associés aux MCH et de connaître vos limites financières.

Voulez-vous en savoir plus sur les MCH ou d’autres façons d’emprunter? Communiquez avec nous dès aujourd’hui.

Les femmes et le patrimoine : accroître la prospérité et bâtir la confiance

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 24 mai 2022

Les droits des femmes progressent à pas de géant depuis des décennies. Aujourd’hui, les femmes sont titulaires de plus de la moitié des baccalauréats canadiens, comptent pour près de 50 % des revenus des ménages et contrôlent environ 3 milliards de dollars d’actifs financiers : elles tracent la voie vers l’indépendance, l’égalité et la richesse.

Pourtant, elles ont encore des défis à relever. Les femmes continuent de gagner moins d’argent que les hommes dans la plupart des professions et sont encore plus susceptibles d’occuper un emploi à faible revenu. De nombreuses femmes se sont également retirées du marché du travail pendant la pandémie, car elles ont assumé de façon disproportionnée la responsabilité de gérer les besoins de leur famille en matière d’éducation et de garde d’enfants. D’ailleurs, les femmes sont généralement plus portées à servir d’aidantes naturelles non rémunérées pour les membres de leur famille.

Aussi les femmes épargnent-elles moins en vue de la retraite. Ajoutez à cela le fait qu’elles vivent plus longtemps – en moyenne quatre ans de plus que les hommes – et le résultat est préoccupant : une retraite plus longue financée par un pécule plus modeste.

Parallèlement, les femmes sont plus nombreuses à prendre le contrôle de leur avenir financier. Elles contribuent de plus en plus au patrimoine de leur famille et prennent plus de décisions en matière de planification du patrimoine. En outre, bien des femmes font appel à un conseiller chevronné pour les aider à bien comprendre leur situation financière, à établir des objectifs et à mesurer les progrès en cours de route. Si les femmes prennent une part de plus en plus active, bon nombre d’entre elles ont tendance à adopter une perspective différente en matière de placement. Elles sont peut-être plus enclines à adopter une approche prudente. De ce fait, il est important de trouver un conseiller qui comprend non seulement vos objectifs en matière de finances, mais aussi votre philosophie.

Bien entendu, la planification du patrimoine ne se limite pas à l’établissement d’objectifs. Une stratégie globale peut couvrir bien des aspects, dont la planification fiscale, la stratégie d'investissement et la planification successorale. Auparavant, un bon nombre de ces décisions revenaient surtout aux hommes, mais à mesure que les femmes continuent de progresser dans leur carrière et de se rapprocher de l’indépendance financière, elles présentent leurs propres points de vue sur la gestion du patrimoine familial.

Si vous êtes prête à prendre le contrôle de votre avenir financier, mais que vous ne savez pas par où commencer, contactez l’un de nos conseillers en placements dès aujourd’hui. Nous pouvons vous aider à fixer vos objectifs et vous guider pour atteindre tous vos objectifs à court et à long terme.

Comment léguer le chalet familial

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 4 mai 2022

Les Canadiens adorent les escapades loin de la ville. Et cela va de soi! Non seulement un chalet est un endroit exceptionnel, une source de joie pour les familles et les amis pendant des générations, mais il est aussi un investissement rentable pour bien des gens qui ont acheté leur propriété il y a des décennies.

Cela peut sembler difficile à croire, mais ce lieu de prédilection loin de la maison qui a réuni vos proches au fil des ans peut aussi mettre à rude épreuve les relations familiales à l’avenir. À votre décès, un chalet laissé en héritage devient souvent une source de frictions entre frères et sœurs. Comment en partager l’utilisation? Faut-il le vendre? Qu’arrive-t-il des gains en capital qui s’y rattachent? Contrairement à une résidence principale, qui n’est pas assujettie aux gains en capital, une propriété secondaire est considérée comme un immeuble de placement. Ainsi, le legs d’une propriété des parents aux enfants est assujetti à l’impôt sur les gains en capital.

La seule façon d’éviter cette imposition – et seulement pour une période limitée – est de transférer l’acte notarié à un conjoint, comme vous le feriez avec un REER ou un FERR. Cette option ne s’applique pas aux enfants, et il faut donc payer l’impôt exigible.

Il existe quatre stratégies principales pour transférer une propriété secondaire, comme un chalet, à la prochaine génération :

Faites-le maintenant

Une façon courante de contourner le problème de l’impôt sur les gains en capital – surtout si vous n’avez qu’un enfant –, c’est de faire don de votre chalet de votre vivant. De cette façon, les gains en capital sont établis en fonction de la valeur actuelle de la propriété, ce qui est logique si sa valeur continue d’augmenter.

Aussi, pour réduire au minimum le fardeau fiscal découlant du transfert, vous pourriez envisager d’étaler le don sur cinq ans. Toutefois, gardez à l’esprit que votre revenu annuel pourrait se retrouver dans une tranche d’imposition plus élevée chaque année, plutôt qu’une seule fois. Cela signifie que le gouvernement pourrait réduire le soutien du revenu comme la Sécurité de la vieillesse.

Pensez aux rénovations

L’impôt sur les gains en capital est établi en fonction du prix de base rajusté de la propriété. Cela signifie que vous pouvez prendre en compte toutes les rénovations majeures apportées à la propriété au fil des ans. Elles augmentent votre prix de « départ » et réduisent le gain que vous avez réalisé, ce qui pourrait vous permettre de réduire l’impôt à payer. Comme toujours, il est préférable de parler à un conseiller et à un fiscaliste pour déterminer si cette option est la plus logique d’un point de vue financier.

Envisagez de souscrire une assurance vie

Une autre option serait de souscrire une police d’assurance vie qui couvrirait les gains en capital que vos héritiers devront payer après votre décès. La police pourrait même prévoir l’impôt exigible à la disposition de votre REER, de votre FERR et d’autres placements imposables. Enfin, en ayant un montant d’assurance vie suffisant, vos enfants pourraient aussi financer l’entretien continu de la propriété.

Vendez-le

Tenez une discussion franche avec vos enfants pour savoir ce qu’ils voudront faire du chalet après votre décès. Les parents supposent souvent que leurs enfants voudront le garder dans la famille. Dans les faits, de nombreux enfants préfèrent acheter un chalet pour leurs propres conjoint et enfants ou n’ont pas envie de veiller à l’entretien une fois que la propriété devient leur responsabilité. Un des enfants pourrait aussi avoir un attachement plus important à l’égard du chalet et souhaiter préserver son héritage alors qu’un autre enfant pourrait préférer conserver une autre partie de votre succession.

Si vous décidez de vendre, vous pouvez le faire de votre vivant ou vous pouvez indiquer dans votre testament que la propriété sera vendue après votre décès, et que les taxes, impôts et coûts de l’opération seront payés par la succession, et que les fonds restants seront partagés entre vos héritiers. Vendre votre chalet est peut-être un choix difficile sur le plan émotionnel pour vous et votre famille, mais il peut aussi être le plus simple.

Vous voulez en savoir plus? Communiquez avec nous pour obtenir des conseils avisés sur toutes vos questions de planification successorale.

Gardez le contrôle de votre avenir grâce à une procuration

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 29 avril 2022

Se préparer aux circonstances de la vie, quelles qu’elles soient, est au cœur d’un plan de gestion du patrimoine complet. Cela comprend la planification d’un handicap physique ou mental. Une fois vos souhaits officialisés, votre famille et vous pouvez avoir l’esprit tranquille en sachant que vos décisions seront durables si vous n’êtes pas en mesure de les communiquer.

Qu’est-ce qu’une procuration?

La plupart des adultes sont responsables de prendre leurs propres décisions concernant des aspects importants de leur vie, comme les finances personnelles, les soins de santé et les conditions de vie. Au besoin, ils peuvent consulter des membres de leur famille, des amis de confiance ou des professionnels qui maîtrisent certains domaines, mais habituellement, ils sont maîtres de leurs propres choix.

Personne n’aime penser à la possibilité de devoir abandonner le contrôle de ces responsabilités, mais en cas de détérioration importante de votre santé mentale ou physique, qui souhaitez-vous voir prendre ces décisions pour vous? Cette personne ou ces personnes agiront à titre de personnes subrogées. Le nom officiel de ce pouvoir est « procuration ».

Un document de procuration précise le pouvoir décisionnel qu’une personne (habituellement appelée le    « mandant » ou l’« auteur ») donne à un tiers (appelée le « mandataire »). Notez bien que le mandataire n’a pas besoin d’être un notaire, mais le mandant peut faire ce choix. Bien que le mandataire soit légalement tenu d’agir de bonne foi et dans votre intérêt supérieur (ce que l’on appelle l’« obligation fiduciaire »), il faut bien réfléchir avant de choisir cette personne. Elle sera habilitée à prendre des décisions cruciales en votre nom.

Il est important de souligner qu’une procuration se distingue d’un testament. Une procuration n’est valide que lorsque vous êtes vivant. Après votre décès, votre testament dicte la façon dont votre succession doit être traitée et répartie.

Types de procurations

Selon votre situation personnelle, vous pouvez choisir parmi différents types de procurations. Les plus courants sont les suivants :

  • Procuration relative aux biens. Permet au mandataire de prendre des décisions concernant vos questions financières, comme la gestion de vos placements et d’autres comptes financiers, le paiement de vos factures, le renouvellement de vos polices, la mise en œuvre de stratégies de planification successorale et la vente de biens.
  • Procuration relative aux soins personnels. Permet au mandataire de prendre des décisions à l’égard de vos soins de santé, comme les traitements médicaux, l’hygiène, la sécurité personnelle, les soins de longue durée ou d’autres conditions de vie. Elle permet d’assurer la continuité des soins, le tout guidé par vos principes et préférences.

Une procuration à l’égard des biens ne donne des pouvoirs au fondé de pouvoir que lorsque le mandant est mentalement apte. Si vous voulez que cette entente demeure en vigueur si vous étiez frappé d’une incapacité mentale, optez pour une procuration durable (aussi appelée procuration perpétuelle). Une procuration relative aux soins personnels n’entre en vigueur que si le mandataire devient atteint d’une incapacité mentale, selon l’étude approfondie d’un évaluateur ou d’un professionnel de la santé qualifié.

Pour n’importe quelle procuration, vous avez la possibilité d’imposer des limites aux pouvoirs du mandataire. Il peut par exemple ne pas avoir celui de vendre votre maison. Soulignons également qu’un mandataire n’est pas autorisé à désigner ou à modifier les bénéficiaires de vos régimes enregistrés ou de vos polices d’assurance.

Importance de désigner des bénéficiaires

Puisque votre mandataire ne peut pas désigner de bénéficiaires, il est important de le faire pendant que vous avez encore une capacité mentale adéquate. De cette façon, vous aurez l’assurance que vos actifs seront répartis auprès des personnes que vous avez choisies. Grâce à votre testament, vous pouvez également décider de la façon dont vos actifs seront répartis (par exemple, il est courant d’établir des comptes en fiducie pour les personnes mineures).

Sans bénéficiaire désigné, vos actifs iront à votre succession et le tribunal pourra décider comment ils seront répartis. Ce processus pourrait être lent et coûteux, sans compter qu’il n’y a aucune garantie que vos actifs seront répartis comme vous le souhaitez. Il est dans l’intérêt de tous de désigner des bénéficiaires de polices d’assurance et de régimes enregistrés, comme les REER, les FERR et les CELI.

De même, si vous n’avez pas de procuration valide, le tribunal nommera une personne pour gérer vos biens si vous êtes frappé d’incapacité, ce qui peut également prendre du temps, coûter cher et ne pas correspondre à vos souhaits.

Vous êtes prêt à intégrer les procurations à votre planification patrimoniale? Communiquez avec nous dès aujourd’hui.